Van Linthout

Van Linthout

A propos du blog

Cuisine, infos générales, Bande dessinée, The Van Report, Braquages et bras cassés...

Les roses de la Saint-Valentin assèchent un lac kényan

InfosPosted by Van Linthout Vincent 14 Feb, 2010 23:46:47
C'est le biologiste David Harper (spécialiste de la région) qui tire la sornette d'alarme. Les besoins en eau pour la culture de ces fleurs sont très grands et dégradent le lac Naivasha (Kenya).



Ce lac, vous le connaissez, il a été immortalisé par Sidney Pollack dans le film Out of Africa. David Harper, biologiste à l'Université de Leicester, prévient la communauté international depuis 2002. Les fleurs cultivées sur place, celle qui inondent nos marchés pour la Saint-Valentin, sont la cause de ce dérègelement.

Ce secteur en plein boom au Kenya (3000 travailleurs en vivent), d'immenses fermes indusctrielles ont vu le jour, est une véritable aubaine pour ce pays où le chômage atteint 40 % de la population active. Mais il a ses revers.

"Les trop nombreux prélèvements effectués sur le lac Naivasha pour l’irrigation des cultures mais aussi pour les besoins de la population qui s’est développée sur ses rives – un demi-million de personnes – contribuent à sa dégradation progressive ainsi qu’à celle de son bassin versant", prévient David Harper.

"Si les choses continuent de la sorte, si aucune régulation n’est mise en place, dans moins de dix ans, le lac ne sera plus qu’un étang boueux malodorant", déplore le biologiste.

Ces roses se retrouvent aux enchères à Amsterdam peu de temps après avoir été coupées, nous les retrouvons dans nos supermarchés avec la mention "Origine : Pays-Bas".

Un ouvrier kényan touche entre 1 et 2 dollars/jour. Cependant, certains producteurs traitent directement avec les acheteurs européens et se sont réunis sous la bannière du commerce équitable. "Ils ne représentent que 10 % des producteurs et leurs pratiques ne concernent en rien l'environnement", précise David Harper.

  • Comments(0)//leblog.vanlinthout.be/#post9